Le contexte écologique actuel nous fait réfléchir à nos actions quotidiennes. Textile, alimentation, immobilier,… Tout cela nous questionne sur notre impact environnemental. La manière de nous déplacer arrive dans le top des préoccupations des Français, et pour cause.

Les employeurs aussi sont directement concernés par les transports : les trajets domicile-travail représentent un enjeu majeur pour l’image de leur entreprise et le bien-être de leurs collaborateurs. Tous les détails dans notre infographie dédiée :

Voir l'infographie

 

En France, le transport est le premier émetteur d’émissions de CO2. C’est le trafic routier qui pollue le plus l’air et, plus précisément, la voiture individuelle. En effet, ¾ des Français l’utilisent quotidiennement pour aller au travail. La voiture est souvent synonyme de liberté, d’autonomie et de confort. Mais aujourd’hui, son impact devient trop néfaste à la fois sur l’environnement et sur notre santé.

Le dioxyde de carbone est reconnu pour irriter nos voies respiratoires. Les particules fines de l’air ambiant ont été classées cancérogènes pour l’être humain car elles causent des maladies respiratoires et cardiovasculaires.

Mais comment faire lorsqu’il s’agit d’un trajet régulier et dont on peut difficilement se soustraire ?

Les alternatives à la voiture individuelle

Aujourd’hui, plusieurs alternatives peuvent remplacer la voiture individuelle. Cela permet de trouver des solutions pour réduire l’impact écologique de notre mobilité quotidienne.

En France, 50% des trajets effectués font ainsi moins de 5 kilomètres et en ville, 40% des trajets quotidiens effectués en voiture font moins de 3 km. Mais ils sont 2 fois plus polluants qu’un trajet de plus grande distance (surconsommation de carburant quand le moteur est froid, arrêts et redémarrages fréquents,…) ! Il est donc possible sur ces trajets-là d’opter pour une autre solution que la voiture.

Les transports en commun

Il y a bien sûr les transports en commun qui permettent sans aucun doute de circuler plus facilement. Ils présentent trois principaux avantages :

  • la sécurité : 15 fois moins d’accidents mortels en bus qu’en voiture
  • l’écologique : le tram émet 62 fois moins de CO2 que la voiture
  • économique : l’abonnement est moins cher que la voiture (6 000 €/an pour la voiture contre 827,20 €/an pour un Pass Navigo sans compter la participation de l’employeur)

Mais il est vrai qu’en milieu périurbain ou rural, les transports en commun ne sont pas toujours accessibles. Le maillage du réseau crée parfois des zones blanches en terme de mobilité.

Nouveaux moyens de transports : l’autopartage et le vélo

Le vélo devient une alternative de plus en plus répandue en zones urbaines. Les structures, comme les pistes cyclables et la mise à disposition de vélos à la location, y sont pour beaucoup. De fait, le vélo est plus sécurisé que la voiture puisque les cyclistes ont 10 fois moins de risque d’être blessés qu’en voiture. Aussi, rouler à vélo permettrait d’économiser 650 kg de CO2 par personne/an (selon l’ADEME, l’agence de la transition écologique).

L’autopartage permet aussi de repenser sa consommation de la voiture. L’idée est de ne pas posséder sa propre voiture, mais d’en avoir une à disposition et de l’utiliser à plusieurs. Le gestionnaire des voitures à partager prend à sa charge l’assurance en échange d’une contribution. D’après une étude de l’ADEME, chaque voiture en autopartage remplace 10 voitures particulières et libère 9 places de stationnement.

Le covoiturage malin

Partager sa voiture permet de lutter contre l’autosolisme, c’est-à-dire le fait d’être seul dans sa voiture. En moyenne, on compte 1.1 personne par voiture. Grâce au covoiturage, le nombre de voitures en circulation réduit. Par conséquent, les émissions de CO2 diminuent aussi !

En prime, le partage de frais peut aussi être intéressant pour les personnes possédant une voiture.  Elle reste le mode de transport le plus cher. Une voiture coûte plus de 6 000€ par an en moyenne, soit le 1er pôle de dépenses des ménages, après le logement.

Seulement, il ne faut pas que le covoiturage soit considéré comme une contrainte: recherche de passagers ou conducteurs, heure de rendez-vous, calcul du partage des frais, etc.

Notre engagement chez Karos

Les différentes solutions présentent des avantages mais ont leurs limites. L’idéal reste de pouvoir combiner plusieurs moyens de transports, pour bénéficier des avantages de chacun.

Une expérience simple et efficace

C’est pourquoi, nous proposons une application de covoiturage intelligente qui comprend les habitudes de nos utilisateurs. Ainsi, c’est notre algorithme qui combine les meilleurs trajets possibles : pas de besoin de se casser la tête à trouver soi-même des covoitureurs ! L’intelligence artificielle analyse les trajets prévus pour les optimiser et faire gagner du temps à tout le monde.

Notre arme secrète : l’intermodalité

Nos trajets proposés mêlent covoiturage et transports en commun. Nos utilisateurs peuvent partager la voiture d’un·e conducteur·trice pour rejoindre la station de train la plus proche par exemple. Cette fonctionnalité de l’application peut :

  • leur donner accès à plus de covoitureurs disponibles que s’ils cherchaient exactement le bon trajet de porte à porte.
  • faciliter l’accès à des lignes de transport public éloignées de leur domicile
  • leur éviter du temps perdu dans les embouteillages des centres villes

Aujourd’hui, c’est en moyenne 26 minutes gagnées par trajet pour nos utilisateurs passagers.

Notre objectif est de simplifier les trajets domicile-travail

Pour cela, nous transformons la voiture en transport en commun, grâce à la mise à disposition des sièges vides. Ainsi, le nombre de voitures en circulation réduit, décongestionnant les routes et réduisant notre empreinte carbone. La moyenne de personnes par voiture passe de 1.1 à 2.3 personnes avec notre application. Ce qui a déjà permis d’éviter l’émission de plus de 2 000 tonnes de CO2 depuis la création de Karos. C’est l’équivalent de 75 000 arbres !

Découvrez en vidéo l’impact écologique de Karos sur l’environnement :

par Philippine Couvidat.