Nos utilisateurs Karos : découvrez Alexandre

Nos utilisateurs Karos : découvrez Alexandre

Tous les mois, retrouvez un portrait d’un ou d’une utilisateur.trice Karos. Chaque membre de la communauté a un parcours différent et intéressant. Pourquoi covoiturer, les bénéfices tirés, les rencontres faites et des anecdotes : tout est là !

Aujourd’hui, découvrez le portrait d’Alexandre, utilisateur de Karos depuis 2 ans et comptabilise près de 500 covoiturages. Il nous raconte son parcours sur Karos, mais aussi comment il envisage le covoiturage avec la crise sanitaire. Confiant, il est prêt à retrouver ses amis covoitureurs !

Parlez-nous de vous 

J’habite au nord de Toulouse. Je travaille chez Airbus depuis 2 ans, en tant que sous traitant en informatique, à Saint-Martin-du-Touch.

Qu’est-ce qui vous a amené à covoiturer ?

Au début je venais en transport en commun. Je faisais 1h50 de transport pour me rendre au bureau. C’était très compliqué, j’ai donc commencé à me renseigner sur des alternatives. L’achat d’une voiture était trop coûteux pour moi à l’époque.

Puis un de mes collègues m’a parlé de Karos et m’a dit que l’application commençait à être très connue chez Airbus. J’ai voulu tester et j’ai très vite trouvé des conducteurs. Je fais 30 min de trajet, c’est révolutionnaire !

Aujourd’hui, mon métier a évolué. Il m’arrive désormais de faire des horaires de nuit. 2 ans après avoir été exclusivement passager, je me suis acheté une voiture. Ceci a été possible car j’ai pu pendant ces 2 années faire des économies et financer cet achat.
Je suis donc passager et conducteur sur Karos.

Quels bénéfices ressentez-vous dans votre quotidien ?

En plus du gain de temps, je me suis aperçu à force d’avoir des covoitureurs différents, qu’on se connaissait tous plus ou moins par le covoiturage ou par le travail. J’ai obtenu en quelques temps un réseau de covoitureurs mais aussi un réseau professionnel solide ! Mes covoitureurs d’Airbus me recommandaient pour des missions ou m’informaient des recherches en cours. J’ai développé de très bonnes relations avec plusieurs d’entre eux. Il nous arrive de nous voir en dehors du travail ou du covoiturage maintenant.

Aujourd’hui, comment envisagez-vous le covoiturage après le 11 mai ?

Depuis le début du confinement je suis en chômage technique. A partir du 11 mai, je reprends le chemin du travail en voiture. Si je trouve quelqu’un sur Karos, je serais totalement partant pour covoiturer et même alterner !

Si mes covoitureurs habituels ne sont pas disponibles pour le moment, je ne verrais aucune gêne à covoiturer avec de nouvelles personnes. En général j’aime bien expliquer aux nouveaux covoitureurs les petites astuces sur Karos pour bien prendre en main l’appli. Malgré la crise, ça ne me gêne pas du tout.

Karos prévoit la mise en place de plusieurs mesures : limitation du nombre de passagers, rappel des consignes sanitaires, etc.

Qu’en pensez-vous ?

La distanciation dans le véhicule en limitant le nombre de passagers à bord me semble le plus pertinent. Rappeler les règles de sécurité dans l’application c’est très bien et le plus possible c’est le mieux.

Pour finir sur une note joyeuse : racontez-nous une anecdote avec vos covoitureurs

Avec deux de mes covoitureurs, nous nous sommes découvert une passion commune : celle du Rock-métal. On se partage les bons festivals et les groupes à écouter. Grâce à eux, j’ai découvert que le festival « Echos et Merveilles » se fait dans ma ville, à quelques minutes de chez moi !

Par:

Les derniers articles