Smart City : la data au service de vos citoyens

Smart City : la data au service de vos citoyens

Afin d’éclairer cette vision de la ville connectée aux technologies, à l’humain et à la nature, nous vous proposons une série d’articles sur le sujet. Voici le deuxième. L’article précédent est à lire ici et aborde la question de la construction des villes.

Dans celui-ci, nous nous interrogerons sur la place des données : de la collecte à l’exploitation, en respectant la vie privée de ses habitants.

Collecter, classer et exploiter les données

Dans le cadre des villes intelligentes, les données ont une place centrale. En amont des projets, elles permettent de déterminer les contours du sujet et les objectifs à atteindre. Cela peut concerner une diminution chiffrée des déchets de la ville et de ses habitants ou encore une diminution de la surcharge des transports en commun. La collecte des données est aussi importante pendant le projet afin de suivre les performances réalisées. Elles vont permettre des ajustements selon les premiers résultats obtenus. Adopter une méthode de travail basée sur le Test and Learn amène à plus de souplesse. L’objectif est multiple. Il s’agit de mesurer l’impact positif des projets pour pouvoir les mettre en place correctement, les améliorer et les maintenir cohérents avec les besoins des contribuables du territoire.

Cette méthodologie nous l’alimentons chez Karos. Nous mettons à disposition une plateforme SaaS, développée en interne. Celle-ci regroupe toutes les données concernant l’usage du covoiturage réalisé sur votre territoire via notre application : 

  • nombre de covoiturages réalisés
  • proportion homme/femme
  • distance du trajet moyen
  • émissions de CO2
  • etc

Mesurer l’usage de notre application permet de justifier l’impact du covoiturage domicile-trajet sur le quotidien des contribuables et l’impact positif sur l’environnement. Le ROI du covoiturage via Karos est chiffrable et peut faire l’objet d’une réelle analyse. Cela vient aussi alimenter des bilans, comme nous le confient nos entreprises partenaires lors de la rédaction de leur rapport RSE (Responsabilité Sociale d’Entreprise). De plus, lorsque les lignes de transport existantes sont renseignées, les résultats les prennent en compte afin de montrer la complémentarité entre les transports en commun et Karos sur les trajets réalisés.

L’exemple de Montréal qui place ses habitants au cœur des décisions

La ville prouve son statut de Smart City en essayant de créer constamment du lien avec ses habitants. En 2014, elle a mis à disposition une boîte à idées en ligne, afin de recueillir et collecter les propositions des habitants pour améliorer le fonctionnement de leur ville. C’est plus de 357 sugestions déposées et étudiées par la mairie de Montréal. Certaines seront d’ailleurs mises en place, allant du meilleur usage des transports à la protection de l’environnement.

L’exemple de Nantes : l’open data « responsable »

Si Nantes mérite son titre de ville « smart », c’est avant tout pour son engagement particulier pour l’open data. Plus de 500 données différentes sont en effet ouvertes aux citoyens, par le biais de trois sites web. Les citoyens se montrent demandeurs puisque l’on compte plus de 40 000 téléchargements de données effectués chaque mois. Ici, l’ouverture aux données permet de faciliter le quotidien des habitants, qui trouvent rapidement et facilement l’information qui leur convient.

Aussi, une application réunissant toutes les informations utiles aux habitants de la ville (horaires de bus, d’ouverture des piscines, places de parking disponibles, menus des cantines, etc.) permet de suivre les efforts et les projets menés par la ville en matière d’environnement. Les habitants peuvent constater l’implication de Nantes dans des actions concrètes pour devenir une ville plus verte.

Respecter la vie privée

Au-delà de la collecte des données, il faut préserver la vie privée des individus. L’avancée vers des villes plus intelligentes et connectées peut, par ailleurs, inquiéter les habitants à cause de la collecte de leurs données personnelles. Les données doivent donc être protégées et anonymisées. La ville de demain doit garantir à ses habitants leurs droits fondamentaux et leurs libertés individuelles. Les villes devront se charger de la sécurité des données ou collaborer avec des partenaires qui pourront mener correctement cette partie. 

Le Règlement Général de Protection des Données (RGPD) fait parti des mesures pour légiférer la collecte des données, leur utilisation, leur conservation, leur accès et leur suppression. Il est légal de collecter des données individuelles dans 6 cas seulement :

  1. L’intérêt vital de la personne
  2. L’intérêt public
  3. La nécessité contractuelle
  4. Le respect d’obligations légales
  5. Le consentement non-ambigu de la personne
  6. L’intérêt légitime des organisations étant amené à collecter les données

Par exemple, chez Karos, nous rentrons dans les cas 5 et 6, c’est-à-dire que nous sommes clairs avec nos utilisateurs et que nous recueillons leurs données uniquement sur la base d’un accord non-ambigu. Notre objectif étant de proposer un service personnalisé et adapté aux habitudes de mobilité de nos utilisateurs, ces données nous sont indispensables au bon fonctionnement de l’application. Et nos utilisateurs en sont informés. Ces données sont aussi primordiales pour apporter une preuve de covoiturage et protéger nos entreprises et territoires partenaires des tentatives de fraudes.

Karos est la seule application de covoiturage à être certifiée par l’organisme ePrivacyseal, qui est reconnu comme autorité de contrôle spécialisée dans les domaines du droit et de la technologie. Une certification qui confirme le travail mené par nos équipes. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre article sur notre engagement RGPD.

La transparence comme levier d’accompagnement au changement

Grâce aux données et aux analyses réalisées, les décisions à prendre peuvent s’appuyer sur les chiffres pour gagner en légitimité. Les données deviennent un argument fort pour communiquer sur les projets menés par la ville. Les citoyens seront plus réceptifs à de nouvelles dépenses dans les aménagements de leur ville si des chiffres prouvent une réelle amélioration de leur quotidien. Dans le développement de la Smart City, il est indispensable de convaincre et d’engager les citoyens dans les projets menés. La ville intelligente replace ses habitants au cœur de ses préoccupations. Il est donc indispensable de communiquer clairement auprès d’eux et d’œuvrer en toute transparence. De plus, en embarquant les citoyens dès le début du projet, ces derniers seront mieux disposés à l’adopter sur le long terme. Les données alimentent les arguments en faveur du projet et maintiennent l’engagement.

La Smart City réfléchit donc à une communication plus transparente envers ses habitants. Leurs préoccupations étant le point de départ des projets, il est indispensable de créer de l’adhésion autour. Mais, des données précises et une communication transparente ne suffisent pas, une méthodologie de lancement des projets et d’accompagnement au changement sont indispensables.

Pour découvrir notre solution dédiée aux territoires, c’est par ici :

Notre solution Karos Territoires

La Ville Intelligente  est donc une ville aux enjeux multiples : écologique, économiques, humain. La question de la mobilité quotidienne devient de plus en plus grande. L’enjeu est également de répondre aux différentes préoccupations entre les territories.

C’est ce que nous tenterons d’éclaircir dans notre prochain article sur la Ville Intelligente.

Par:

Les derniers articles